Date
Subject
Title
Oui, il s'agira du maître d'œuvre. Il reste très disponible tout au long de l'évolution du projet pour répondre à toutes vos questions. Le maître d'œuvre est votre interlocuteur principal, assurant une communication fluide entre vous, les artisans et les fournisseurs. Il joue souvent un rôle de médiateur, résolvant les éventuels conflits et s'assurant que le projet se déroule dans les meilleures conditions.

Tout dépend de votre projet, qu'il s'agisse d'une construction, d'une extension ou encore d'une surélévation. Bien entendu, plus le projet est conséquent, plus les travaux seront longs. Mais ce que l'on peut déjà compter, c'est le temps que prendront les premières démarches avant le commencement du chantier.

Trois étapes vont jalonner votre projet : 
  • 1/ Planification du projet
    Durée estimée : quelques semaines à plusieurs mois
Vous allez vous rencontrer plusieurs fois avec l’architecte et/ou le maître d'œuvre pour peaufiner votre projet. En tant que maître d’ouvrage, vous allez définir vos besoins, vos envies. L’architecte créera des plans, esquisses et maquettes pour vous permettre de visualiser son idée. Il faudra, aussi, vous mettre d’accord sur le budget des travaux. Cette étape peut prendre quelques semaines, voire quelques mois, afin de tomber d’accord sur le projet final.
  • 2/ Démarches administratives
    Durée estimée : 2 à 6 mois

Ces démarches, quand elles sont entreprises par l’architecte ou le maître d’œuvre, sont plus rapides, car ils sont habitués à cela et savent rapidement à quels interlocuteurs s’adresser. Si votre projet nécessite une demande de permis de construire, entre le dépôt de permis et l’obtention de celui-ci, comptez environ deux à trois mois. 
  • 3/ Exécution des travaux
    Durée estimée : plusieurs mois à plus d'un an
La préparation du chantier, la réalisation des travaux puis les inspections et validations finales dépendent du projet. Plus le projet est important et complexe, plus longue sera cette période. Il faut aussi prendre en compte des facteurs qui peuvent influencer la durée des travaux, comme la météo, des imprévus (découverte de problèmes structurels, retards de livraison…). La durée des travaux peut donc varier considérablement en fonction de tous ces éléments.

Un exemple : pour ce projet d’extension d’une maison individuelle de plain-pied à Bordeaux, 25 m² ont été ajoutés. Un permis de construire a été nécessaire. Entre la première rencontre avec l’architecte et le maître d’œuvre, et la fin des travaux, se sont écoulés 10 mois.

Le coût moyen d'un projet d'extension, de surélévation ou de rénovation dépend de nombreux facteurs, tels que la taille du projet, les matériaux utilisés, la complexité des travaux et la région où se situe le bâtiment. Voici une estimation générale des coûts pour chaque type de projet en France :
  • Extension
    Coût moyen : entre 1 000 et 3 000€ par mètre carré.

    Ce coût peut augmenter en fonction de la qualité des matériaux, du type d'extension (par exemple, une extension en bois coûte généralement moins cher qu'une extension en brique ou en béton) et des spécificités du terrain ou de l'accès au site.
  • Surélévation
    Coût moyen : entre 1 500 et 2 500€ par mètre carré.

    La surélévation nécessite souvent des renforcements structurels et peut impliquer des coûts supplémentaires liés à la modification du toit existant et à l'intégration de l'extension dans la structure actuelle.
  • Rénovation
    Coût moyen : varie largement en fonction de l'étendue des travaux.

    – Rénovation légère (peinture, petits travaux électriques, etc.) : de 200 à 400€ par mètre carré.
    – Rénovation complète (incluant plomberie, électricité, chauffage et finitions) : de 500 à 1200 € par mètre carré.
    – Rénovation lourde (incluant la restructuration de murs porteurs, le changement de la disposition des pièces, etc.) : peut dépasser 1200 € par mètre carré.
Facteurs influençant le coût
Qualité des matériaux : des matériaux haut de gamme ou spéciaux peuvent considérablement augmenter les coûts.
Main-d'œuvre : les tarifs de la main-d'œuvre peuvent varier selon les régions et la spécialisation des artisans. L'agence ERHÉ a l'habitude de travailler avec certains artisans. Si vous engagez l'agence pour une mission complète, elle saura établir, avec eux, un budget au plus près de vos attentes.
Réglementations locales : les exigences spécifiques en matière de construction et de sécurité peuvent également influencer les coûts.
Accès et état du site : les difficultés d'accès au site ou la nécessité de travaux préparatoires supplémentaires (comme la stabilisation du sol) peuvent augmenter les coûts.

Ces estimations sont indicatives et le coût final peut varier. Lors de vos premières rencontres avec l'architecte et/ou le maître d'œuvre, vous exposerez le budget que vous prévoyez d'accorder et ils réaliseront un projet en fonction de celui-ci.

Un exemple : pour cette extension de 25 m² d'une maison de plain-pied à Bordeaux, avec création de deux chambres, d'une salle d'eau, et la rénovation de la cuisine (agrandissement de celle-ci avec l'abattement d'un mur), le coût des travaux s'est élevé à environ 65 000€.

Avant tout, il nous faut définir ensemble le projet du client et comprendre ses attentes et ses besoins. Quelle sera la taille du projet, ses spécificités fonctionnelles et esthétiques, quelles sont ses attentes en termes de qualité et de durabilité des matériaux ?

En nous basant sur ces informations, nous allons établir des plans, dessins et maquettes afin que le client visualise bien notre projet pour lui. À cette étape-là, nous allons discuter des matériaux et des méthodes de construction.

Ensuite, une fois le projet validé, nous allons calculer les coûts : la quantité de matériaux, le coût de la main d’œuvre, les éventuels équipements et machines nécessaires et les frais supplémentaires (obtention de permis, assurance, consultation d’ingénieurs spécialisés…).

Pour définir un budget, il faut également prévoir les imprévus. C’est pourquoi nous incluons toujours un budget de contingence. Celui-ci aide à gérer les risques sans dépasser le coût global prévu.

Quand le budget est établi, nous présentons au client un devis détaillé qui récapitule tous les coûts afin qu’il ait une vision claire et complète de l’investissement nécessaire. Ce devis n’est pas figé. Il peut être ajusté selon les retours du client, ses priorités. Des alternatives moins coûteuses peuvent être explorées.

S'il est primordial pour vous que votre extension ou surélévation soit en parfaite harmonie avec le reste du bâtiment concerné, vous l'exprimerez lors de vos premiers entretiens avec l'architecte. Il prendra alors en compte cette exigence et dessinera un projet qui respectera l'architecture originelle de votre maison ou entreprise. 

Exemple : pour l'extension de cette maison arcachonnaise, les éléments traditionnels de ce type d'architecture ont été respectés comme le souhaitaient les clients.
Non, pas du tout. Chez ERHÉ, nous avons effectivement l'habitude de travailler avec certains artisans. Cependant, sachez que nous n'avons aucune obligation contractuelle envers eux.
Si vous n'en connaissez aucun, ce peut être un avantage et un gage de confiance que de confier votre chantier aux artisans avec qui nous travaillons habituellement, puisque nous sommes sûrs de la qualité de leur travail et de leur réactivité.
Cependant, si vous en connaissez et souhaitez leur confier votre chantier, cela est tout à fait possible !
Oui ! Lors de ce premier entretien, nous faisons connaissance.

Le client présente son projet et l'architecte est là pour répondre à toutes ses questions : quels sont ses honoraires ? Les délais ? Quelles sont les différentes étapes pour la réalisation d'un projet ? Est-ce que le projet envisagé semble viable ?

Suite à ce rendez-vous, l'architecte établit un devis provisoire qui permet au client d'avoir une idée du budget de son projet.

En fonction de cet entretien et du devis, le client choisira, ou pas, de poursuivre l'aventure avec cet architecte. 
Si vous faites appel à une agence comme ERHÉ Architecture, c'est elle qui gérera la plupart des démarches administratives. Vous n'aurez donc pas à vous en soucier, car l'agence sera là pour vous guider et remplir la plupart des documents à fournir aux diverses administrations. Retrouvez ici un article décrivant les différentes étapes pour engager un projet architectural.
Le permis de construire n'est pas toujours indispensable. Tout dépend de la surface de la construction ou de l'extension envisagée et des changements structurels que les travaux induiront.
La surface à partir de laquelle un permis de construire est nécessaire peut varier selon les réglementations locales et le type de projet. Il est toujours conseillé de vérifier auprès des services d'urbanisme locaux pour connaître les règles précises applicables à votre projet.
Voici quelques seuils généraux en France  :
  • Pour les nouvelles constructions, un permis de construire est requis pour toute nouvelle construction de plus de 20 m² de surface de plancher ou d'emprise au sol.
  • Pour les extensions de bâtiments existants : si l'extension d'une maison individuelle ou d'annexes dépasse 40 m² dans une zone couverte par un plan local d'urbanisme (PLU), un permis de construire est nécessaire. Si le projet porte la surface totale de la construction à plus de 150 m², le permis de construire est également requis.
En l'absence de PLU ou équivalent, le seuil pour une extension est de 20 mètres carrés.
  • Pour les travaux sur des constructions existantes, s'ils modifient les structures porteuses ou la façade d'un bâtiment et ajoutent au moins 20 m² de surface, un permis de construire est généralement exigé.
Retrouvez dans cet article plus de détails à propos des permis de construire.
Pour certains projets, il est obligatoire de faire appel à un architecte. Cela dit, il peut être judicieux de faire appel à ses services pour d’autres raisons, même dans les cas où ce n’est pas une obligation. On vous explique pourquoi.

Quand on est face des projets comportant des défis techniques particuliers, tels que des surélévations, des restaurations de bâtiments historiques, ou l'intégration de technologies avancées, l'expertise d'un architecte est souvent indispensable pour garantir la faisabilité technique et le respect des normes en vigueur.

Pour apporter une valeur ajoutée significative en termes de design et d'esthétique tout en optimisant l'utilisation de chaque mètre carré.

Pour éviter les contraintes réglementaires et administratives.
Les architectes connaissent les complexités des réglementations locales d'urbanisme. Leur expertise permet de s'assurer que les plans respectent toutes les normes et facilite le processus d'obtention des permis de construire.

Pour déléguer la gestion et la coordination du projet.
L'architecte peut jouer un rôle de chef de projet, coordonnant les différents corps de métier, supervisant l'avancement des travaux, et s'assurant que le projet reste dans les limites du budget et du calendrier prévus.

Pour un projet éco-responsable, un architecte peut aider à concevoir un bâtiment qui non seulement réduit l'impact environnemental, mais optimise également les coûts à long terme.

Cliquez ici pour savoir dans quels cas il est obligatoire de faire appel à un architecte.

Oui ! Et nous avons l'habitude de le faire. En tant que maître d'ouvrage, vous n'aurez qu'à signer les papiers que nous vous présenterons. Nous nous chargeons d'envoyer et de rencontrer les acteurs concernés pour présenter les différents éléments nécessaires pour l'établissement de votre projet, comme la déclaration préalable, le permis de construire, le permis de démolir...).

Retrouvez dans cet article les différentes phases de votre futur projet.

Les matériaux utilisés dans les projets d'extension, de surélévation ou de rénovation varient en fonction des spécificités du projet, des préférences du propriétaire et des réglementations locales. Voici quelques-uns des matériaux les plus couramment utilisés pour chaque type de projet :
  • Pour les extensions :
Bois : il est très prisé pour les extensions en raison de sa flexibilité, de sa rapidité d'installation et de son aspect esthétique. Il est idéal pour les extensions légères comme les vérandas ou les agrandissements de pièces. Retrouvez un exemple ici avec cette extension de maison individuelle réalisée à la Teste-de-Buch.

Brique : elle est utilisée pour les extensions qui nécessitent une isolation robuste et une longue durabilité. Elle est bien adaptée aux styles traditionnels.

Béton : il offre une excellente résistance et durabilité. Le béton est souvent utilisé pour des extensions structurellement exigeantes.

Verre : il est utilisé pour des extensions modernes, notamment pour les vérandas ou les extensions de cuisine, apportant beaucoup de lumière naturelle.

Acier : il est utilisé pour sa résistance et sa capacité à créer de grandes portées libres, idéal pour les extensions contemporaines. Retrouvez un exemple ici pour ce projet de bureaux destinés au Château Pailhas.
  • Pour les surélévations
Bois : il s'agit du choix le plus populaire pour la surélévation, car il est léger, réduit la charge sur la structure existante et est rapide à mettre en œuvre.

Structures métalliques (acier ou aluminium) : elles permettent de supporter des charges importantes sans surcharger les fondations existantes.

Béton léger : il est parfois utilisé pour sa solidité, surtout dans les zones urbaines où la surélévation doit respecter des normes strictes de résistance au feu et d'isolation acoustique.
  • Pour les rénovations et constructions
Matériaux traditionnels (brique, pierre, bois) : ils sont souvent utilisés pour respecter l'esthétique originale du bâtiment ou pour des raisons de réglementation dans les zones historiques. Retrouvez un exemple ici pour la construction d'une maison à Offemont, près de Belfort.

Plâtre et plaques de plâtre : ils sont fréquemment utilisés pour les finitions intérieures, les réparations de murs et la création de nouvelles partitions.

Matériaux écologiques (chanvre, laine de bois, panneaux solaires) : ils sont de plus en plus populaires pour améliorer l'efficacité énergétique et réduire l'impact environnemental.

PVC et aluminium : ils sont utilisés pour la menuiserie (fenêtres et portes) pour leur durabilité et leur faible entretien.

Chaque choix de matériel doit être fait en tenant compte des objectifs du projet, du budget, des performances énergétiques souhaitées et des contraintes du site. L'architecte ou le maître d'œuvre aide à sélectionner les meilleurs matériaux pour répondre à ces critères.

FAQ - Frequently asked questions - Architect Bordeaux